Le jardin d’enfants

Les enfants sont dans un groupe d’âges mélangés : de 2 ans à 6 ans. Trois objectifs sont visés au travers de l’éducation proposée. Ils se construisent par étapes, répondant à la nature même du développement de l’enfant :

  1. Permettre au futur adulte d’accéder à la liberté dans son corps, dans ses sentiments et dans sa pensée ;
  2. Éduquer à partir de l’égalité, en offrant à chaque enfant la possibilité d’un développement global, suivant son rythme, son individualité, en tenant compte des différences de chacun ;
  3. Éveiller à la fraternité par une vie sociale riche.

 

1. Les cinq grands axes qui forment nos moyens pédagogiques

a. L’enseignante

Elle est une référence, un soutien solide donnant à l’enfant la possibilité d’une entrée sereine dans la vie sociale et dans le partage. Elle suit les enfants durant ces trois années. À l’écoute du groupe et de l’individu, c’est elle qui guide l’enfant dans ses expériences à travers diverses activités ; ce qui permet l’émergence de deux principes éducatifs : l’imitation et l’émulation des petits par les grands.

b. Le regroupement d’enfants d’âges différents

Cela offre les moyens de travailler sur l’égalité (selon les capacités et l’âge de chacun) et faire vivre la fraternité entre eux.

c. La manière de se lier aux activités proposées

Dessin, modelage, peinture, chants, comptines, motricité, rondes, contes (racontés, joués, mimés, mis en musique), donne à l’enfant des bases sûres dans ses repères spatiaux, et un enrichissement conceptuel par l’élargissement du langage oral.

d. Le lieu

L’environnement simple et naturel favorise les expériences sensorielles variées et permet à l’enfant de prendre possession de son corps et d’en exercer les facultés.
Au centre de la vie de l’école, le jeu libre, à l’intérieur duquel l’enfant expérimente, imagine, recrée ce qu’il accueille en lui par ses sens, est un facteur essentiel et privilégié du développement de l’individualité.

e. Les quatre rythmes fondamentaux

L’enseignante soigne les quatre rythmes fondamentaux (annuel, mensuel, hebdomadaire et journalier), ainsi l’enfant acquiert une sécurité de base qui l’amène à se situer progressivement dans le temps. Le rythme donne la possibilité à chacun de se saisir de ses propres forces et capacités.
Au cours de ces trois années, l’enfant construit, par l’expérience, des bases et des structures solides sur lesquelles viendront prendre appui les acquisitions conceptuelles ultérieures.

2. Moyens mis en œuvre dans chacun de ces axes

a. Une transition entre le milieu familial et l’école

Les enfants restent avec la même enseignante durant une à trois années, suivant leur âge d’entrée à l’école.
Elle est une référence et grâce à ce temps qui lui est donné, un réel climat de confiance peut s’établir entre elle et l’enfant.
Elle est aussi une référence pour les parents. Le dialogue avec les familles est lui aussi facilité grâce au facteur de durée. Un premier entretien a lieu avant l’inscription de l’enfant, avec les parents, l’enfant et l’enseignante pour faire « connaissance ». L’histoire de l’enfant, ses goûts, son tempérament, ses difficultés sont alors évoqués. Une relation de confiance s’établit entre parents et enseignant et de réels échanges peuvent avoir lieu. Des conseils éducatifs peuvent être échangés lors de ces entretiens pour aider les familles.
Les enseignants jouent un rôle important dans la détection des déficiences éventuelles et dans la prévention des handicaps et peuvent évaluer les progrès ou les difficultés dans la durée. Ils peuvent stimuler l’enfant à travers les différentes activités proposées.
b. Les groupes d’âges différents

Les groupes d’âge différents donnent la possibilité d’aider l’enfant sans qu’il subisse de pression trop forte. Les petits sont stimulés par les plus grands, cela permet à ceux qui ont des difficultés d’aller à leur rythme, sans qu’ils soient enfermés par le jugement des autres enfants.

1. La socialisation

L’enseignante est là pour harmoniser la socialisation de l’enfant. Elle stimule les plus petits ou les plus timides, freine les ardeurs de ceux qui envahissent trop facilement les autres.

2. La tolérance

Le groupe d’âges différents développe chez l’enfant la tolérance. Le grand doit accepter que le plus petit soit plus lent et son dessin moins élaboré. Les petits apprennent à attendre le moment juste pour faire certaines activités telle que le tricot.

3. L’égalité

Les enfants vivent l’égalité à travers les capacités de chacun.

Chaque matin l’accueil des enfants est très important, un moment est laissé à chacun pour s’exprimer. Ce temps de parole développe la confiance en soi, l’écoute de l’autre. Chaque enfant attend son tour pour parler. L’enfant élabore des phrases, structure son récit, soigne son langage.
Être écouté et écouter soi-même permet à l’enfant de construire sa personnalité.
L’enseignante doit veiller à ce que tous puissent s’exprimer et une pensée est adressée à ceux qui sont absents. Le groupe reste uni.

c. Les activités proposées

1. Le dessin

Il permet à l’enfant de représenter sa perception du monde et des formes, mais aussi sa perception de lui-même et de son vécu.
Les blocs de cire utilisés lui laissent la possibilité d’aborder la forme par le trait, les aplats et la couleur. L’enseignante laisse généralement la liberté du thème à chacun. Le dessin est en outre pour elle un moyen de connaissance de l’enfant et de son évolution.

2. Le modelage

À travers l’activité (cire, fabrication hebdomadaire de pain), l’enfant exerce sa motricité fine. Par le sens de la chaleur et du toucher qui sont ici cultivés, l’enfant apprend à se percevoir comme un tout, rempli de vie, de chaleur. Il fait l’expérience de sa limite corporelle.

3. La peinture

La technique de l’aquarelle, utilisée sur papier mouillé, permet à l’enfant de manier aisément les couleurs à l’aide de pinceau large. A travers la rencontre des trois couleurs primaires l’enfant est heureux de voir apparaître de nouvelles couleurs, s’étonne de les voir s’éclairer ou s’assombrir. Il vit intérieurement leurs différentes qualités, leurs harmonies.

4. Le chant

Il est pratiqué au quotidien, il cultive le sens musical. Il crée une enveloppe chaleureuse autour de l’enfant, dans un moment de joie partagée.

5. Les comptines et jeux de doigts

Le développement du centre cérébral du langage se fait parallèlement à celui de la motricité fine. Les comptines sont un élément de choix pour y contribuer et en accroître le potentiel, tout en exerçant les différentes sonorités de la langue.

6. La motricité

Les mouvements utilisés sont un langage visible et permettent à l’enfant de se structurer dans son corps tout en acquérant souplesse et mobilité. Sa sensibilité et sa présence au monde s’éveillent. Il apprend à mouvoir ses mains et ses pieds en imitant l’enseignante. Les mouvements sont accompagnés d’une histoire changeant au rythme mensuel.

7. Les rondes

Elles sont pratiquées quotidiennement afin d’amener l’enfant à développer ses perceptions sensorielles et ses capacités psycho-motrices.
À travers cette expérience, il prend conscience de son corps, s’en fait une image géographique intégrant ainsi peu à peu son schéma corporel. L’enfant acquiert une bonne coordination, il apprend à se repérer dans l’espace. La latéralisation se met en place.
En intégrant ainsi les trois dimensions de l’espace, l’enfant construit des bases pour une bonne orientation dans sa propre vie.

8. Les contes racontés

Les contes mettent en scène l’être humain dans sa capacité à se dépasser, à métamorphoser ses impulsions. L’enfant crée ses propres images. Il s’identifie au héros qui développe, au cours des différentes épreuves qu’il traverse, ce qu’il y a de plus humain en lui. Les contes montrent à l’enfant le sens de l’effort, éveillent ses qualités morales potentielles comme la compassion, tout en l’aidant à développer une confiance en l’avenir.
Ces contes peuvent aussi être joués, mimés, mis en musique. Son activité propre s’enrichit alors de perceptions sensorielles et l’enfant devient observateur attentif.

9. Les histoires

Elles sont pleines de vie et font appel aux différents sens de l’enfant qu’elles nourrissent. Elles se déroulent par exemple dans l’ambiance chaleureuse de la ferme. Joie et légèreté en sont les deux maîtres mots. Y sont évoquées des scènes de la vie quotidienne, proches du vécu de l’enfant.
Le temps du conte raconté ou de l’histoire est un moment privilégié pour cultiver l’écoute active, mais aussi pour enrichir et développer le langage chez l’enfant.

d. Les jeux libres et l’environnement de l’école

1. L’importance de l’environnement

Simple et naturel, vivant et chaleureux, à l’extérieur comme à l’intérieur, il favorise des expériences sensorielles variées.
En dehors des tables servant aux activités telles que le dessin, la peinture, le modelage…, les enfants peuvent accéder à une maison de poupée, un coin jeux d’eau, un grand tapis de jeux, un coin cuisine, un coin repos.
Certains éléments du mobilier peuvent être déplacés à l’occasion des jeux pour recréer de nouveaux espaces.
Des tissus de couleurs chaudes telles que l’orangé et le rouge ont été choisis pour rendre l’atmosphère plus chaleureuse.
Le coin cuisine intégré à la classe permet, outre la préparation, de percevoir les bonnes odeurs provoquées par la cuisson d’un pain ou d’une pâtisserie.
Un décor artistique sur table est créé par l’enseignant en fonction des éléments, des couleurs et de la nature de la saison.

2. Le jeu

Nous nous efforçons d’offrir aux enfants des jouets simples mais de qualité et dans des matériaux naturels tels que le bois, la laine, la soie, le coton… Certains éléments de la nature comme les pommes de pins, les marrons, les coquillages disposés dans des paniers permettent aux enfants de mettre en scène des paysages, de les transporter dans des camions, de faire la cuisine… Des jeux traditionnels tels que les jeux de construction (cubes, kapla) sont aussi à la disposition des enfants.
Un matériel de construction « grandeur nature » (échelles, planches, chaises) permet de « construire » un environnement ludique (cabanes, paysages, garages) et d’en être acteur. Ce matériel à destination multiple est propice à la création qui devient de plus en plus élaborée en fonction de l’âge des enfants. Par exemple une planche peut devenir un toboggan, un pont, une maison ; des tissus de couleurs peuvent délimités l’espace d’une cabane ou représenter les voiles d’un bateau.
L’enseignante favorise et valorise les initiatives qu’elle reconnaît en évoluant au milieu des enfants.

3. L’importance de stimuler son imagination dans le jeu libre

Après avoir vu, perçu et accueilli de l’extérieur toutes sortes de situations, l’enfant recrée spontanément à partir de sa capacité personnelle d’imitation. Il laisse libre cours à sa créativité. Il fait vivre des personnages et exprime ainsi toutes sortes d’émotions. Par exemple, il est tour à tour princesse, jardinière, papa, chien, conducteur de train… En s’identifiant à ces personnages, il développe sa personnalité et éveille sa créativité. Son imagination peut aussi rencontrer un simple morceau de bois qui devient téléphone, fer à repasser ou voiture. À travers ses expériences sensorielles, il devient actif dans tout son corps, il expérimente et développe sa pensée dans la mobilité.
L’enseignante n’intervient pas, avec des intentions pédagogiques :
Moins le jeu est déterminé, guidé ou organisé par des idées d’adultes, meilleur il est, car l’enfant est libre d’activer ses propres forces d’imagination avec les choses, et la rencontre avec les autres. Il exerce sa volonté et développe ainsi son individualité profonde.

e. Les quatre rythmes fondamentaux

L’enseignante soigne particulièrement quatre rythmes fondamentaux.

1.    Le rythme annuel

Il sécurise l’enfant en profondeur et donne du sens à son vécu. Il trouve naturellement sa place au travers des saisons, du lieu et de la découverte de la nature (jardinage, observation en milieu naturel, du grain au pain, du mouton à la laine), mais aussi lors de la préparation des fêtes qui s’y rattachent :
Automne, fête des lanternes, fête de l’Avent et Noël, fête des rois, chandeleur et carnaval, Printemps et Pâques, Été. Nous travaillons ici sur la mémoire profonde.

2. Le rythme mensuel

Il s’appuie sur la répétition et l’assimilation. C’est un « fortifiant » pour les forces de mémorisation et de croissance du jeune enfant. Chants, comptines, rondes sont répétés, métamorphosés, pendant trois à quatre semaines.

3. Le rythme hebdomadaire

Il est marqué par l’activité, chaque jour différente, que propose la jardinière (par exemple lundi : peinture, mardi : modelage, jeudi : pain, vendredi : motricité)
L’enfant se lie, grâce à ses repères vivants, au jour qui trouve un caractère propre et régulier. Cette répétition permet un rapport objectif de l’enfant à l’activité et au vécu. Il ne se perd pas dans ses changements d’humeur : je n’ai pas envie, j’ai envie, j’aime, je n’aime pas…

4. Le rythme journalier

Il permet au jeune enfant d’acquérir une sécurité de base. La vie du groupe s’organise dans un rythme de concentration, détente.

 

Les activités individuelles créent une respiration avec les activités du groupe. Les activités dirigées par l’enseignante alternent avec les activités libres : peinture, ronde, etc. Elles saisissent le groupe dans sa globalité, après la détente des jeux libres et imaginatifs.
Les activités extérieures (jeux d’eau et de sable, promenades, jardinages) succèdent aux activités intérieures :

  • Les rondes, les histoires mimées demandant l’activité de la parole, du mouvement dans l’espace, alternent avec des séquences d’écoute (histoires, contes, marionnettes) ;
  • Les comptines, les jeux de doigts, le modelage, développant la motricité fine et la concentration, répondent aux grands jeux de sable, de pétrissage de pâte à pain ou à tarte, etc.

Le repas pris de façon conviviale autour de l’enseignante est suivi de la sieste où le sommeil de chacun est respecté. C’est un moment de repos qui aide à l’intégration du vécu de la matinée.

Ces différents espaces sont ainsi crées pour le bien-être de l’enfant et le respect de son rythme individuel. L’enseignante est à l’écoute des exigences liées au développement de l’enfant. Le rythme de concentration-détente donne la possibilité à l’enfant de trouver un équilibre, de gérer ses forces de volonté et d’activité.
Le rythme journalier lui permet de se saisir de son individualité naissante. Étant acquis, il devient autorité en soi.
Cette sécurité objective qui se développe au travers des différents rythmes permet à l’enfant de se saisir de ses propres forces et capacités. Il acquiert l’autonomie dans le temps, la première étape vers la liberté.

 

3. Harmonisation de l’éducation des enfants entre parents et professeurs

 

  • Sur la base de l’observation phénoménologique de l’enfant, des rencontres individuelles ont lieu entre parents et professeurs au moins 1 fois / an (ou sur simple demande d’une partie concernée)
  • Une réunion collective (parents/professeurs) se déroule toutes les six semaines environ (une entre chaque vacances) où un thème pédagogique (à préciser avant) et un  « bilan général » des activités pédagogiques en cours sont exposés ; toutes les questions préoccupant les parents peuvent être abordées.
  • Un bulletin sera remis à la fin de l’année scolaire aux parents dans lequel un « tableau » dépeint le mouvement de l’évolution de l’enfant pendant la vie scolaire écoulée (pas encore mis en place).
  • Un poème individuel, destiné à l’enfant, fruit de l’observation de l’enfant. Les parents lui lisent l’été. Ce poème reflète des éléments importants pour son développement (1 fois par semaine, l’enfant le récite en classe).
  • Il est demandé aux parents de prendre connaissance de « la Capucine du Je Dis » qui concerne la vie de l’école (parution le jeudi tous les 15 jours). Elle est envoyée par courriel.
  • Un livret d’accueil est remis, au tout début de l’année scolaire, aux parents avec le projet d’établissement, le projet pédagogique, le règlement intérieur.

 

4. Conclusion
Au cours de ces trois années, la richesse des expériences vécues dans le groupe permet à l’enfant de trouver ou de construire la confiance en lui et en ses propres capacités, sous le regard de l’enseignante qui l’accompagne et tisse avec lui une relation pédagogique adaptée à sa situation particulière.
L’enfant apprend à développer une stabilité intérieure, une sûreté. Fort de cette confiance, moteur de la vie sociale, il peut rencontrer les autres et exercer sa créativité.
Il a maintenant une maturité physique et émotionnelle suffisante pour aborder les acquisitions conceptuelles.